EDITO Décembre 2016 (rédaction en cours)

Edito 20 décembre 2016,

Cette année 2016, aura été fertile en événements, pas toujours positifs pour les Montbazonnais.

La décision sur la « fermeture » de la bibliothèque de Montbazon  ayant été dévoilée au tout dernier conseil communautaire du 15 décembre 2016 et l’histoire ayant été expliquée « à sa façon » par le Maire, dans un encart joint au tout dernier moment dans le Bulletin Municipal, nous allons prendre le temps des vacances de fin d'année pour, à notre habitude, vous donnez une autre version de l’histoire, avec des données vérifiables.

Prenez aussi le temps de rencontrer, les 11 bénévoles qui faisaient « tourner » et « vivre » cette bibliothèque, les 40 Montbazonnaises et Montbazonnais du comité des lecteurs qui se sont mobilisés pour tenter de trouver une alternative raisonnable. Peut-être faites-vous partie des 650 signataires de la pétition « contre la fermeture » ou bien regrettez-vous de ne pas l’avoir signée ?

Dans les sujets que nous traiterons et que vous pourrez lire dès le début de janvier 2017, nous reviendrons sur l’achat pour 100 000 euros d’un terrain inondable au bord de l’Indre pour faire …un nième parking, le lancement d’une nouvelle zone d’habitation, de 200 logements ,…

Nous dévoilerons les projets du Maire : opération cœur de village, rapprochement avec Veigné pour faire une commune nouvelle ou comment Montbazon devient peu à peu une cité dortoir.

Et si vous aimez les romans d’espionnage à la John Le Carré, sachez qu’à son niveau, Montbazon, peut écrire quelques pages du même acabit.

Nous avions volontairement gardé le silence par égard à la personne mais puisque son retournement a été mis en scène et largement relaté par l’équipe dirigeante, nous vous donnerons la version  de comment une élue de l’opposition a été « retournée » et est devenue « une taupe » en pleine conscience.

Nous vous remercions de patienter quelques jours, …et espérons  vous garder comme fidèles lecteurs, car nous sommes persuadés que la lecture ouvre la voie de la connaissance, de la réflexion et du sens critique.

Bonnes fêtes à tous

 

Odile Renaud, Alain Pachet, Béatrice Vanderlynden, Daniel Véron

EDITO Avril 2016

 

Pourquoi tant de haine et d’acharnement contre une opposition modeste et apolitique  (4 conseillers sur un conseil municipal comptant  27 élus) ?

Une opposition totalement bénévole : rien de notre action (site, tract distribué par l’équipe toujours souriante et partante de Mieux Vivre à Montbazon,..) n’est financé par des deniers municipaux. D’ailleurs pendant tout le temps des élections de 2015 (Départementales et Régionales), nous ne sommes en aucune façon intervenus dans le débat public, chacun de nos colistiers étant libre de supporter les candidats de son choix.

Le seul élément mis légalement à la disposition de l’opposition est la Tribune dans les moyens de communication communaux (Bulletin municipal et lettre d'information) : 1/4 de page 2 fois par an.

Vous avez pu juger la façon dont le Maire conçoit ce droit d’expression légal : réponse systématique virulente  basée sur de fausses allégations.

Mais un degré supplémentaire a été franchi avec des invectives assénées en Public, par le Maire contre son opposition ; celle-ci ayant osé dévoiler par voie de tract, fin 2015, les réalités financières de la commune et les conséquences du choix du Maire au sujet de l’emprunt toxique.

Pire, parce que la volonté d’anéantissement de son opposition est la plus forte, le Maire n’a pas hésité à s’inventer une légitimité en usurpant la parole du Préfet (articles  dans la Nouvelle République le 19 janvier 2016, dans la Renaissance Lochoise, le 20 janvier 2016 puis d'un démenti paru 2 jours après dans la NR à la demande du Préfet).

Abasourdis par tant d’arrogance,  nous (opposition) avons écrit au Préfet et demandé à le rencontrer, ce que Monsieur le Préfet a accepté (compte-rendu de l’entretien en Préfecture le 23 janvier 2016). C’est dire si, pour la Préfecture, la façon dont la démocratie s’exerce à Montbazon  est un sujet d’observation et de surveillance notamment sur le plan financier.

Ces intimidations voire les menaces de poursuites judiciaires maintes fois brandies ne sont que des gesticulations destinées à faire taire toute critique sur la gestion municipale.

Certes, l’équipe majoritaire a été élue démocratiquement et a en charge la conduite des affaires de la commune jusqu’en 2020. C’est un mandat qui lui a été confié mais cela ne lui octroie pas de droit de propriété sur la commune de Montbazon.

 

C’est pourquoi, nous exerçons notre fonction critique d’opposition notamment sur tous les choix financiers et d’investissements de la commune.

Nos positions (prises en équipe) sont toujours justifiées par des analyses préalables approfondies des dossiers et des projets.

Nous votons avec la majorité quand les propositions relèvent du bon sens ou de l’intérêt général communal et communautaire.

Lorsque nous ne sommes pas d’accord avec la ligne municipale et que nous suspectons des manquements aux obligations de sincérité et d’information, nous n’avons que deux leviers d’action sur la forme et sur le fond

1.      Saisir  la  Préfecture pour un manquement au respect de la réglementation (notamment financière) : contrôle de légalité

2.     Lorsque nous trouvons des positions, des dépenses ou investissements absurdes, ou non compatibles avec l’état financier de la commune  nous vous en informons.

Bien que nous n’avancions que des faits avérés et démontrés, nous sommes régulièrement menacés (d'actions en justice) et vilipendés y compris dans la communication du Maire qui est relayée par la presse locale…

 

Mais nous avons été élus pour faire valoir d’autres points de vue que ceux du Maire en place quand cela se justifie et assumons ce positionnement !

  

A nos yeux la violence verbale et les menaces n’ont  jamais rien réglé. La bonne tenue d’un conseil municipal et le respect mutuel sont les clefs de la démocratie locale.

 

De notre point de vue, ces conditions ne sont pas réunies à Montbazon.

 

Parmi les sujets que nous développons aujourd'hui figurent :

 Et toujours sur notre site